LES JEUDIS CULTUREUX # 4; La science asservie

LES JEUDIS CULTUREUX

La science asservie :

Amiante, radioactivité, plomb, pesticides… Des victimes rendues invisibles par les collusions mortifères entre industriels et chercheurs. Comment lutter?

Conférence débat

Jeudi 22 septembre à 17h30

Au Boui Boui du Pays , sur la D 115 , entre Feynerols et Lexos.

En présence d’ Annie Thébaud-Mony , chercheure INSERM et militante, auteur de « La science asservie »

Débat animé par Philippe Saunier Tel 0608034533, avec la participation originale de la Compagnie Des Boules Au Nez et la présence de la librairie En Bas.

———————————————————————————————————–

Dans le domaine de la santé publique : Comment les industriels orientent-ils la connaissance scientifique : discrédit… censure… mensonge ?

Comment entretiennent-ils la stratégie du doute pour gagner des décennies, maintenir des expositions mortifères et faire obstruction à l’ adoption de règles de prévention et de réparation des maladies professionnelles ?

Comment nos institutions de recherche se trouvent -elles asservies par les subventions privées ?

  • Le pouvoir politique veut il résister aux multinationales, en France comme en Europe ?

Retrouve-t-on les stratégies des industriels de l’amiante, du tabac, dans des sites ou secteurs avec des expositions bien actuelles : pour ré-ouvrir des mines de tungstène contaminées par l’ amiante, pour masquer la pollution au plomb de Notre Dame de Paris, démanteler le porte-avion Foch (Clemenceau bis) dont la coque comporte de nombreuses substances toxiques, continuer avec les pesticides, les champs electromagnétiques….. ?

Quelle est l’importance des dégâts humains ? combien de victimes invisibles ?

Comment lutter ?

Ce sont ces préoccupations que nous traiterons avec Annie Thébaud Mony, chercheure en santé publique et militante, notamment à Ban Asbestos, présidente de l’association Henri Pezerat, associée aux Giscop 93 et 84, auteur de plusieurs ouvrages dont « Travailler peut nuire gravement à la santé » , «  La science asservie », Politiques assassines et luttes pour la santé au travail…

Concert le 28 août

Didier Dulieux et Fred Bambou

Fred Bambou et Didier Dulieux, c’est la rencontre improbable entre l’accordina, instrument peu usité depuis son apparition il y a une trentaine d’années, et les percussions farfelues, créatives et originales de Fred Bambou.

FB DD

Farfelues, les chaussures à soufflet on l’a dit, qui font remonter de l’air dans des flûtes harmoniques en tuyau PVC. Farfelu, le clapophone, instrument de 3 mètres de long en bambou qui se joue avec des claquettes de plage. Farfelues, les autres tuyaux PVC montées sur des poires de lavement, qui distillent un son doux et raffiné…

Didier Dulieux et Fred Bambou vont extraire de tout ce fatras une musique enjouée, souvent rigolote, parfois virtuose, toujours émouvante.

Fred Bambou est aussi un fin pédagogue : toujours avec humour, le bon sauvage présente les instruments qu’il fabrique lui-même, par exemple l’arc en bouche végétal, inspiré par celui visible dans la Grotte des Trois Frères en Ariège, pour un très beau morceau à la mélodie envoûtante dédié par Didier Dulieux au Girou, le ruisseau proche de chez lui , au cours très doux, comme lui.

FRED BAMBOU

Rikken de de Fred Bambou, qui fabrique aussi des morceaux, sur son clapophone, didgeridoo à 7 futs, devrait devenir un tube, avec son chant dans son dialecte primitif qui évoque parfois Magma, parfois les Carmina Burana.

DIDIER DULIEUX

On apprécie toute la virtuosité de Didier Dulieux, avec une seule main et beaucoup de souffle, sur New Age, une de ses compositions en hommage à Jean-Luc Amestoy, grand pianiste et accordéoniste toulousain devant l’éternel, ponctué par l’argilophone de poche aux lames de céramique (cuites a 1300°C) de Fred Bambou.

Des Balkans à l’Irlande, un morceau traditionnel des Chieftains emporté par le Clapophone, allègre et guilleret, qui fait chaud au cœur, venu d’un pays qui a tant souffert et a su transcender sa souffrance par la musique, ce que Didier Dulieux a su faire dans une période très difficile.

Bambou nous offre un solo de flûte harmonique pour introduire Cajunun morceau qu’ils jouent souvent sur les marchés, avec encore un instrument fabriqué par ce musicien allumé, ses fameuses poires de lavement (!), accordées s’il vous plait.

FB DD 2

En final Piou Piou, du nom du petit chat de Fred Bambou, nous entraîne dans une ronde de bonne humeur bienvenue.

FB2

En rappel, Bambou, le bon sauvage à la Rousseau, esquisse une danse tribale endiablée pour nous faire danser dans nos têtes, sur En avant Brune, une petite valse à la Dulieux, tendre et rêveuse, reprise bouche fermée par le public à l’unisson.

DD 2

Par ailleurs, n’hésitez pas à inviter Fred Bambou et Didier Dulieux chez vous : ils réchaufferont vos soirées d’hiver, à plus forte raison placées sous le signe des frimas de toutes sortes.

Texte et photos empruntées ici;

mercredi 24 août

Fethi trab trio

 » Trab  » , poussière en Arabe, est le mot que Fethi utilise pour décrire sa musique. Auteur compositeur et poète, il vous entraîne avec ses chansons dans un univers rural et une Algérie bien profonde loin du monde aseptisé.. loin du bitume et au plus proche des racines. Le son de sa guitare fais allusions à une flûte ancestrale, a l’Afrique des Farka Touré, au Blues et Rock américains, quoi de mieux pour évoquer le déracinement, l’amour , la joie et la tristesse en toute beauté.

Concert le mercredi 24 août

Fethi trab trio

 » Trab  » , poussière en Arabe, est le mot que Fethi utilise pour décrire sa musique. Auteur compositeur et poète, il vous entraîne avec ses chansons dans un univers rural et une Algérie bien profonde loin du monde aseptisé.. loin du bitume et au plus proche des racines. Le son de sa guitare fais allusions à une flûte ancestrale, a l’Afrique des Farka Touré, au Blues et Rock américains, quoi de mieux pour évoquer le déracinement, l’amour , la joie et la tristesse en toute beauté.

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer