Concert le 28 août

Didier Dulieux et Fred Bambou

Fred Bambou et Didier Dulieux, c’est la rencontre improbable entre l’accordina, instrument peu usité depuis son apparition il y a une trentaine d’années, et les percussions farfelues, créatives et originales de Fred Bambou.

FB DD

Farfelues, les chaussures à soufflet on l’a dit, qui font remonter de l’air dans des flûtes harmoniques en tuyau PVC. Farfelu, le clapophone, instrument de 3 mètres de long en bambou qui se joue avec des claquettes de plage. Farfelues, les autres tuyaux PVC montées sur des poires de lavement, qui distillent un son doux et raffiné…

Didier Dulieux et Fred Bambou vont extraire de tout ce fatras une musique enjouée, souvent rigolote, parfois virtuose, toujours émouvante.

Fred Bambou est aussi un fin pédagogue : toujours avec humour, le bon sauvage présente les instruments qu’il fabrique lui-même, par exemple l’arc en bouche végétal, inspiré par celui visible dans la Grotte des Trois Frères en Ariège, pour un très beau morceau à la mélodie envoûtante dédié par Didier Dulieux au Girou, le ruisseau proche de chez lui , au cours très doux, comme lui.

FRED BAMBOU

Rikken de de Fred Bambou, qui fabrique aussi des morceaux, sur son clapophone, didgeridoo à 7 futs, devrait devenir un tube, avec son chant dans son dialecte primitif qui évoque parfois Magma, parfois les Carmina Burana.

DIDIER DULIEUX

On apprécie toute la virtuosité de Didier Dulieux, avec une seule main et beaucoup de souffle, sur New Age, une de ses compositions en hommage à Jean-Luc Amestoy, grand pianiste et accordéoniste toulousain devant l’éternel, ponctué par l’argilophone de poche aux lames de céramique (cuites a 1300°C) de Fred Bambou.

Des Balkans à l’Irlande, un morceau traditionnel des Chieftains emporté par le Clapophone, allègre et guilleret, qui fait chaud au cœur, venu d’un pays qui a tant souffert et a su transcender sa souffrance par la musique, ce que Didier Dulieux a su faire dans une période très difficile.

Bambou nous offre un solo de flûte harmonique pour introduire Cajunun morceau qu’ils jouent souvent sur les marchés, avec encore un instrument fabriqué par ce musicien allumé, ses fameuses poires de lavement (!), accordées s’il vous plait.

FB DD 2

En final Piou Piou, du nom du petit chat de Fred Bambou, nous entraîne dans une ronde de bonne humeur bienvenue.

FB2

En rappel, Bambou, le bon sauvage à la Rousseau, esquisse une danse tribale endiablée pour nous faire danser dans nos têtes, sur En avant Brune, une petite valse à la Dulieux, tendre et rêveuse, reprise bouche fermée par le public à l’unisson.

DD 2

Par ailleurs, n’hésitez pas à inviter Fred Bambou et Didier Dulieux chez vous : ils réchaufferont vos soirées d’hiver, à plus forte raison placées sous le signe des frimas de toutes sortes.

Texte et photos empruntées ici;

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :